Notion de paysage et démarche photographique

Ce post sous forme de cours théorique vous permettra d’avoir quelques bases sur la pratique de la photographie de paysage. Dans cette page plusieurs aspects seront abordés. (Extrait du livret pédagogique « Don’t take a photography, make it »)

Définition d’un paysage.

Si l’on se réfère à une définition stricte, le paysage correspond à une « étendue spatiale, naturelle ou transformée par l’homme qui présente une certaine identité visuelle ou fonctionnelle » (Paysage forestier, de bord de mer, de montagne, urbain, industriel…)

De manière plus large, on peut envisager le paysage comme une représentation mentale de ce que l’œil voit et de ce que l’âme ressent. Il s’agit d’une interprétation d’un instant précis dans un lieu donné. Et donc, tout dans notre environnement peut être appréhendé comme paysage.
La perception que nous avons du paysage est le plus souvent influencée par un aspect culturel. Chacun d’entre nous, selon sa culture et ses référentiels aura une vision et une interprétation uniques. Nous avons tous notre propre sensibilité, et elle reste déterminante dans la définition que nous donnerons à la notion de paysage.

En considérant que le paysage est : «l’agencement des traits, de caractères, des formes d’un espace », nous pouvons aussi ajouter que la notion de paysage revêt une dimension artistique. Les couleurs, la géométrie, la symétrie ou l’asymétrie offrent aux spectateurs un ensemble cohérent à l’esthétique forte. C’est une portion de l’espace terrestre représentée ou observée à l’horizontale comme à la verticale par un observateur. Il implique donc un point de vue.

cours formation photographe professionnel stage

La photographie de paysage

cours sur la photographie et formationsLa photographie de paysage fige à la fois la beauté d’un lieu et exprime une dimension atemporelle. Il s’agit d’une représentation d’un cadre de notre vie de tous les jours, un souvenir de notre passé. Les paysages font partie de notre histoire. C’est un moyen qui offre à l’auteur et aux spectateurs la possibilité de se replonger indéfiniment et à volonté dans ce même espace.

Choisir un petit morceau du monde en apparence tout à fait banal ou inintéressant, pour en faire une image habitée, est le propre du photographe de paysageFabrice Milochau

Cette discipline est l’un des premiers domaines pratiqués par les photographes. Photographier un paysage est un acte très naturel. Nous avons tous la même volonté de capturer le grandiose de certains espaces dans le but de partager notre émerveillement ou notre étonnement.

cours sur la photographie et formationsLa pratique de la photographie de paysage s’inscrit dans une démarche artistique. En effet, c’est la vision unique portée sur un environnement et ce sont les choix faits au moment de la prise de vue qui façonneront le résultat final. S’exercer à cette pratique n’est pas un acte anodin. Il y a une volonté de montrer et d’affirmer notre regard sur notre propre environnement.

Fabrice MILOCHAU, photographe et auteur de «Les secrets de la photo de paysage » voit la photographie de paysage comme une « quête artistique, et non comme une simple représentation du réel». Selon lui, «chacun de nous entretient sa propre perception du monde, à travers le filtre de ses sentiments, de son éducation, de sa culture ; photographier est incontestablement un acte subjectif et créateur.»

L’approche du photographe

Au premier abord, il peut paraître simple de réaliser des photographies de paysage. Mais lorsqu’on y réfléchit, cette discipline ne se maîtrise pas sans une pratique méthodique. L’aspect créatif ainsi que la gestion de la lumière (composante primordiale en photo de paysage car c’est elle qui va sculpter et magnifier un lieu) rendent complexe l’approche du photographe.

La photographie de paysage est très exigeante. Encore faut-il en avoir conscience, pour pouvoir progresser. Le but de ce chapitre est de vous aider à en prendre conscience et de vous donner les outils pour obtenir des clichés de paysages, conformes à vos attentes.

Une des premières qualités requises lorsque l’on s’exerce, c’est la patience. Il faut bien prendre en compte que le photographe doit créer son image avec des éléments sur lesquels il ne peut pas agir directement. Attendre que les conditions soient réunies avant de déclencher, est certainement la clé pour que le résultat soit à la hauteur de vos attentes.

Cependant, votre patience n’est pas suffisante pour commencer. D’abord et avant tout, vous devez avoir une idée de ce que vous voulez photographier. Quel type de photographie voulez-vous réaliser ? A quel moment est-il plus judicieux de le faire ? Comment agit la lumière sur votre sujet ? Quels éléments voulez-vous laisser dans votre cadre ? Quel angle de prise de vue choisir ? etc. Autant de questions qui doivent être posées afin d’optimiser vos chances de revenir avec de belles photos.

Un photographe de paysage est souvent émerveillé par ce qu’il voit. Il peut rester de longs moments à contempler un espace. Et souvent, lorsqu’il est accompagné, il se sent incompris. Son entourage ne ressent pas toujours le besoin d’attendre et se lasse rapidement de devoir patienter. Quel photographe n’a jamais eu à faire face à ce genre de remarques : « Pourquoi recommences-tu la photo tu viens de la prendre ? Allez viens, on y va ! »
En d’autres termes, le photographe de paysage est un solitaire. Gardez-le à l’esprit, cela vous évitera très certainement la frustration de ne pas être encouragé par vos proches !!!

la photographie de paysage offre de nouvelles sensations et vous permet en vivant des expériences riches de porter un regard nouveau sur le monde. Elle vous permet de porter un regard attentif sur votre environnement, d’observer autrement, de découvrir de grands espaces sauvages. C’est toujours avec autant de magie que l’on se retrouve face à la beauté de la nature. Il y a un côté aventurier que nous recherchons tous mais qui se mérite.
Le paysagiste est souvent confronté à des conditions de prise de vues difficiles. Pour réussir le cliché espéré, il doit faire preuve d’abnégation. En effet, les longues marches, la fatigue, le silence, les réveils matinaux, le froid, la chaleur, l’humidité, le poids de son sac, … sont autant de contraintes qu’il doit surmonter.

Chaque paysage a son propre caractère. Le photographe doit avant tout définir ce que le lieu suscite en lui afin de mieux identifier ce qu’il souhaite montrer ou exprimer. Instinctivement votre attention se porte sur des éléments, des détails qui suscitent en vous une émotion, un étonnement. Le centre d’intérêt d’une photo est en général l’élément du paysage qui a attiré votre œil et vous a poussé à prendre une photo. Il faut veiller à bien le mettre en valeur, en tournant autour, en multipliant les points de vue.

Deux grandes approches photographiques du paysage sont possibles :

La photographie opportuniste

Elle est déterminée par l’instant présent. Spectateur, vous découvrez au fur et mesure de votre progression le monde qui vous entoure et tentez d’en saisir la beauté. La photographie est en mesure de fixer en une fraction de seconde une image avec tous les détails de l’instant et une ambiance d’éclairage, qui sera toute différente quelques minutes plus tard.

AVANTAGES

  • repose sur le direct, magie de l’instant
  • attentif à votre environnement
  • exerce votre oeil
  • confrontation à tous types de conditions de lumière, de météo
  • approche instinctive

INCONVÉNIENTS

  • aucune garantie de résultat
  • bonne maîtrise technique
  • être réactif

La photographie imaginée

Il s’agit de construire l’image idéale dans votre tête et de tout planifier pour optimiser le résultat attendu. Rien ou presque n’est laissé au hasard.

AVANTAGES

  • bonnes connaissances du sujet
  • des possibilités artistiques plus étendues (les images réalisées sont pensées et bénéficient de toutes notre énergie
  • il n’y a pas de caractère d’urgence

INCONVÉNIENTS

  • demande une bonne préparation (travail de documentation, de repérages, définir les itinéraires…)
  • beaucoup de conditions à réunir
  • cette approche est chronophage

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise approche. C’est à vous de déterminer la plus adaptée en fonction de votre tempérament, de vos envies et de l’idée que vous vous faites de la photographie de paysage.
Dans la pratique, il est fréquent de mixer les deux approches. L’engagement que vous mettrez à réaliser vos clichés fera toute la différence. Consacrez autant d’énergie à la réalisation de simples images de « souvenirs de vacances » qu’à la réalisation de photographie d’art. Si le but final de la photographie peut être différent (illustration d’articles, tableaux d’art, album photo, documentaire etc.) la démarche du photographe ne peut pas être improvisée. Votre méthodologie et votre application doivent rester identiques quel que soit votre choix.
La photographie de paysage ne s’improvise pas. Il n’y a pas de secret, la maîtrise s’acquiert par la pratique. Toute le monde connaît cet adage : c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Je vous dirai donc c’est en photographiant qu’on devient photographe.
Chacun progressera à son rythme. Ne vous découragez pas, la persévérance finit toujours par payer. Quelques recommandations pour progresser :

  • Être critique sur son propre travail : prenez le temps d’analyser vos photos après chaque sortie. Identifiez les erreurs de compositions, de gestion de la lumière, des flous qui pourraient ne pas convenir. Soyez exigeant avec vous-même.
  • Se documenter est un facteur de progression : Lisez des revues ou des livres spécialisés, parcourez les forums photos, etc. Cela sera toujours bénéfique et vous permettra d’orienter vos préférences, de sélectionner les thèmes qui vous intéressent.
  • S’inspirer du travail des autres : Cela aide le photographe à composer son image. Il est plus facile au début de reproduire que de créer.

Ce qu’il faut retenir

cours formation photographe professionnel stage

  • La notion de paysage implique un point de vue. Il s’agit d’une vision, d’une interprétation qui est propre à chacun.
  • La photographie de paysage s’inscrit dans une démarche artistique.
  • Cette discipline est exigeante ; Elle impose de nombreuses contraintes qu’il faut dépasser pour la réalisation de belles photos.
  • Définissez ce que vous voulez montrer. Identifiez le centre d’intérêt pour mieux le mettre en valeur.
  • Soyez attentif à votre environnement pour développer votre regard. Apprenez à observer ce qui vous entoure.
  • Privilégiez une des deux approches en fonction de votre état d’esprit, de votre tempérament.
  • Soyez critique sur votre propre travail, cela vous aidera à progresser.
  • Inspirez-vous du travail des autres.
  • Multipliez les lectures spécialisées.

Le matériel de prise de vue

La photographie de paysage ou de nature est une discipline qui impose certains accessoires de prise de vue. La manière dont vous photographiez les sujets traités déterminera le matériel que vous devez avoir dans votre sac. Cela contribuera grandement à la réussite de votre démarche photographique.

La liste présentée n’est pas exhaustive. Puisqu’il existe de nombreux accessoires de prise de vue, ce sera à vous de déterminer vos besoins spécifiques.

Toutefois, il y a du matériel que l’on peut qualifier d’indispensable pour la photographie de paysage.

Le sac photo

Il existe de nombreux modèles et de nombreuses marques. Il faut qu’il soit confortable pour vous, vous l’aurez souvent sur le dos. Sa taille sera déterminée par la quantité de matériel que vous aurez besoin de transporter. Ne lésinez pas sur la qualité, vous allez l’emmener dans des endroits parfois difficiles à atteindre. C’est aussi une garantie que votre matériel sera correctement protégé.

Le choix des focales

Choisir ses objectifs n’est pas chose facile. La encore, c’est à vous de décider quel type d’image vous voulez réaliser (plan large, plan serré, détails, travail sur la profondeur de champ…). Dans l’idéal, vous aurez besoin au moins d’un objectif grand angle (24mm ou moins) et d’un téléobjectif (jusqu’à 200 mm). Les zooms avec des focales variables sont de bons compromis, puisque vous avez tout en un. Cependant, comme vous risquez de perdre en précision, prenez des optiques de qualité. Les focales fixes ont parfois de bons rapports qualité/prix. Elles délivrent de meilleures images avec moins de déformation et défauts optiques. L’inconvénient, c’est que vous serez, soit cantonné à un type d’image, soit obligé de multiplier le nombre d’objectifs en fonction des prises de vue que vous voulez réaliser.

Le trépied

Le trépied est le meilleur ami du photographe paysagiste. Déjà utile dans de nombreuses situations, il devient carrément indispensable pour certains types d’images (photos de nuit, emploi d’une très longue focale, …)
Sa principale qualité doit être la robustesse, puisque c’est le support vous permettant de stabiliser votre image. Privilégiez la qualité de fabrication : plus il sera construit solidement, mieux il tiendra son rôle. Certains constructeurs proposent des trépieds en aluminium ou en carbone. C’est un investissement utile pour une plus grande longévité de votre matériel.
Je vous recommande d’acheter un trépied dont chaque section est dissociable des autres pour un meilleur confort d’utilisation et pour plus de précision.

La rotule

Elle doit également être robuste, c’est elle qui portera votre boitier et objectif. Elle doit également être adaptée au poids de votre matériel.
Il faut impérativement que vous puissiez l’orienter sur tous les axes pour composer au mieux vos images. Les meilleures rotules sont les rotules dites 3 axes.

La télécommande ou déclencheur à distance

Elle permet de ne pas être au contact de votre boitier pour le déclenchement. En cas de pose longue, vous éviterez tout risque de flou en supprimant les faux mouvements sur votre appareil.
En déclenchant à distance vous pouvez rester concentré sur votre environnement, attendre les bonnes lumières ou vous assurez un minimum de sécurité.

Le filtre polarisant et filtre UV

Les filtres se vissant à l’avant de votre objectif, vous devez donc veiller à choisir des filtres au diamètre exact de votre objectif.
Le filtre UV n’a aucun effet sur la lumière ou sur l’image. Il a un rôle de protection contre les éléments extérieurs pouvant abimer la lentille frontale de votre objectif.
Par contre, le filtre polarisant agit directement sur la lumière et peut modifier l’ambiance générale. Il permet :
D’éliminer les reflets sur toutes les surfaces (sauf métalliques).
De densifier les couleurs en apportant du contraste (notamment pour le ciel)
De réduire la quantité de lumière entrant dans l’image (utile pour les poses longues.)
Le résultat étant directement visiblement dans le viseur, c’est à vous d’adapter son intensité à votre convenance.

Les autres filtres ND et dégradés

Ces filtres sont destinés à un usage bien précis. Ils sont onéreux mais permettent de jolis effets.
Le filtre ND (neutral density) : Selon leur intensité, ils réduisent plus ou moins la quantité de lumière entrant dans l’appareil. Cela permet de rallonger les temps de pose pour obtenir des effets spectaculaires sur l’eau et les nuages notamment. Je vous conseille d’acheter des filtres à intensité fixe (ex : filtre ND 8, ND 400, ND 1000). Les filtres à intensité variable sont de très mauvaise qualité et ont tendance à dégrader fortement l’image. Les marques les plus connues sont Hoya, Lee et Nisi.
Les filtres dégradés gris neutre : Ces filtres permettent de réduire la plage dynamique. C’est utile pour composer un paysage dans lequel une partie de l’image est très lumineuse par rapport à un autre plan. C’est le cas des paysages où le ciel est très lumineux et qu’il vous pose des problèmes pour exposer correctement votre premier plan. Le filtre dégradé diminue la quantité de lumière parvenant au capteur uniquement sur une partie de l’image.

Les petits accessoires pour nettoyer votre matériel

Il est très utile d’avoir du petit matériel pour nettoyer votre matériel. Vous pouvez avoir une petite soufflette, un petit pinceau et un chiffon microfibre.

Des batteries de rechange

En mettant votre matériel à rude épreuve (conditions météo, usage excessif) vous risquez de vider rapidement vos batteries. Si vous êtes en pleine séquence de prise de vue et que votre appareil se coupe, vous serez content d’avoir une batterie de rechange dans votre sac.
Il existe pour les appareils reflex des grip avec des batteries intégrées se fixant sous la semelle du boitier. Ils sont généralement lourds, et ne sont donc pas toujours l’idéal si vous avez de longues marches à effectuer.

Une housse de protection

Contre les intempéries, les poussières, vous pouvez acquérir une housse de protection imperméable. Cela vous permettra de continuer à photographier même si vous vous retrouvez sous la pluie.

Une boussole

Elle vous aidera à vous orienter et surtout à déterminer l’axe de rotation de la terre autour du soleil.

1 Commentaire Notion de paysage et démarche photographique

  1. danie elissalde 30 novembre 2016 at 8 h 34 min

    wouah ! vais essayer d’appliquer tes conseils.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *